Note d’information sur l’aménagement des zones humides, forêts classées et forêts galeries au Bénin.

jeudi 22 novembre 2012
popularité : 0%

Aménagement des zones humides, forêts classées et et forêts galeries.

Les zones humides, les forêts classées et les forêts galeries constituent la plupart des écosystèmes relativement intacts avec des ressources floristiques et fauniques relativement peu perturbées. Vu la pression croissante sur les terres par une population croissante, il faudrait développer des systèmes d’exploitation et de gestion durable, pour éviter une utilisation et une mise en valeur non contrôlées de ces écosystèmes.

Ces écosystèmes ont une importance majeure en ce qui concerne la régulation et la stabilisation de l’environnement au sens large (rôle tampon : bilan hydrique, bilan nutritif, stabilisation du climat etc.), aussi bien que des fonctions de maintien de la biodiversité. Chaque plan de gestion de ces espaces doit tenir compte de la valeur nationale aussi bien qu’internationale de ces fonctions de régulation et de biodiversité. L’association des communautés locales, surtout celles qui utilisent actuellement ces régions d’une façon ou d’une autre, est une condition pour la réalisation des plans de gestion, raison pour laquelle chaque plan de gestion devrait avoir une composante de formation, d’information, et de vulgarisation, aussi bien qu’une composante pour générer des bénéfices tangibles pour les communautés locales.

Créer et exécuter un plan d’aménagement durable des zones humides.

Au Bénin, les zones humides constituent ce qu’on appelle "le maillon faible des aires protégées". Elles recèlent de nombreuses potentialités agro-écologiques (frayères, pâturages de saison sèche, culture de décrues, ...) avec une contribution globale à la production agricole (au sens large du terme et notamment dans le Sud). Sur le plan scientifique, on connaît encore très peu le fonctionnement de ces écosystèmes humides, alors même qu’on assiste à la déperdition de plus en plus rapide de leur diversité biologique.

Un appui pour le développement d’un plan de gestion durable, dans le context indiqué ci-dessus, cadre parfaitement avec les objectifs du CBDD. Les ressources halieutiques et les produits forestiers peuvent constituer des bénéfices pour les populations locales. On pourrait y envisager le développement de l’éco-tourisme (voir thème A.5.1). Le plan de gestion devrait aussi inclure la définition des normes pour l’utilisation rationnelle de certaines ressources dans ces zones, ainsi que la protection des espèces rares (lamentin, sitatunga, tortue de mer...).

Renforcer l’exécution des plans d’aménagement des forêts classées et aires protégées.

De nombreuses forêts classées n’ont même pas été doté d’un plan d’aménagement. Surtout par manque de moyens, la plupart des plans d’aménagement des forêts classées existants n’ont pas pu être exécutés. Un appui spécifique, en ce qui concerne des moyens logistiques et/ou humains qualifiés, cadre bien avec les objectifs du CBDD. Il faudrait accorder une attention particulière aux forêts classées dans la zone Atacora (p.ex. zone tampon de Siri à la lisière du Parc National de Pendjari, et la région Monts Kouffé), étant donné leur rôle comme ’château d’eau’ au Bénin.

L’exploitation et la commercialisation au profit des grandes villes du bois de chauffe selon le taux de croissance naturelle des ligneux peut constituer une composante d’un tel plan de gestion, notamment pour générer des bénéfices pour les communautés locales. Il faudrait dans ce cas aussi développer la filière de bois, surtout dans les zones Atacora et Sud (compte tenu du manque de bois de chauffe).

D’autres produits forestiers à exploiter d’une façon rationnelle sans affecter les fonctions de régulation des forêts sont le bois d’œuvre, le miel (apiculture, sans feu, utilisant des ruches), les produits médicinaux, d’autres produits de cueillette (surtout en association avec les femmes).

La chasse peut aussi être une activité rémunératrice et durable. Le CBDD peut stimuler la recherche sur le développement d’un bois durable, et les normes de durabilité, en collaboration avec la coopération internationale.

Renforcer la préservation des forêts galeries et la protection des berges.

Les forêts galeries jouent un rôle extrêmement important au niveau de la régulation du bilan hydrique. Il faudrait préserver celles qui existent toujours en bon état, et protéger les berges dénudées par la plantation des plantes pérennes (herbes vivaces, arbustes, arbres).

Source : Plan stratégique CBDD


Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

22 juillet 2013 - un Bénin futur plus vert

Le Bénin par le Président BONI YAYI a lancé un grand projet dénommé dix millions d’âmes dix millions (...)

4 avril 2012 - UN RÉSEAU D’ÉCOLES VERTES en AFRIQUE SUBSAHARIENNE

C’est une vision pour la création d’un réseau d’écoles vertes subsahariennes pour un besoin (...)